Que reste-t-il de l’homme sur terre après sa mort ?

Publié le 8 octobre 2008


Bonjour, je suis Saint Anselme de Canterburry venu répondre à la question que tu veut nous poser. Je t’écoute.

« Saint Anselme, que reste-t-il d’un homme sur terre après son retour vers vous ? »

Tout d’abord il reste ce qui a composé son corps de chair et qui retourne à la terre nourricière afin de continuer à participer à la création. Ensuite, il reste une trace à la fois indélébile et invisible de son passage, son patrimoine génétique s’il a une descendance, puis, et c’est là le plus important, peu ou prou, ses actions, ses actes, ses pensées restent, composent et nourrissent la mémoire collective du genre humain. Certes certains laissent des traces plus visibles de leur passage par leurs pensées et réflexions, leurs écrits ou leurs découvertes scientifiques, mais même les autres, les anonymes ont contribué à leur manière à marquer la mémoire collective :

* C’est leur langue qui se trouve modifiée, les rites et les pratiques de vie qui marquent la façon de vivre de leurs contemporains et de leurs descendants.

* Leur travail aussi laisse des traces de leur passage, visibles si les œuvres auxquelles ils ont participées sont toujours présentes ou moins visibles si l’œuvre a disparu mais où leur savoir et savoir faire ont fait école auprès des plus jeunes.

Dans le domaine de la pensée nous ne converserions pas ensemble si dès l’aube de l’humanité des individus, largement inconnus de vous mais pas de nous, ne s’étaient pas posés la question de leur provenance et de leur destination après leur mort.

Cette addition de pensées et réflexions, dirigées par le Père, a permis au genre humain de découvrir Dieu, puis de recevoir son Fils et son enseignement, enseignement fondamental pour nous permettre d’aller vers le Royaume et de réaliser ainsi l’aboutissement de la Création.

« Merci Saint Anselme. »

Mon fils, nous n’avons fait que survoler ce que sous-tend ta question mais le peu que je te dis doit t’aider à bien comprendre que chaque homme, quelle que soit sa durée de vie terrestre, par ses actes concours d’une manière irremplaçable à la Création en devenir. Amen.


calle
calle
calle